Archives mensuelles : avril 2014

Les femmes chez les zapatistes (épisode 4)

femmeszapa

Le droit des femmes dans un système patriarcal

Même si le mouvement féministe latino-américain est très développé depuis les années 70, il n’en reste pas moins que la représentativité dans les gouvernements fédéraux est quasi inexistante. Au niveau narional les femmes représentent environ 25 % des élus. Des mouvements féministes indigènes ont intégré la Sexta, mouvement initié par les Zapatistes. Mais même là, les pratiques sexistes resurgissent. Difficile de se libérer d’un système patriarcal aussi fort.

Continuer la lecture

Les zapatistes et les influences libertaires (épisode 3)

tierraylibertad Les influences libertaires, depuis 1920, sont incontestables !

En 1923 la CGT mexicaine adhère à l’AIT, dont une cellule, Centre syndicaliste Libertaire est active. Dés 1929, la CGT ne fait plus référence au mouvement libertaire mais les anarchistes sont toujours présents. Ils tentent de relancer la FAT (Federaciòn Autònoma del Trabajo) ou l’AMT (Associaciòn Mexicana del Trabajo) en 1941. Le journal  Tierra y Libertad,en 1944, reprend avec le concours de réfugiés anarchistes espagnols. Il perdure jusque fin des années 1980. En 1945 la FAM (Federaciòn Anarquista Mexicana) relance le journal Regenatiòn. Elle s’unit à la FAC (Federaciòn Anarquista del Centro) qui publie Libertad. En 1968 des étudiants renouent avec le magonisme ou le zapatisme et arborent le drapeau rouge et noir. En 1990 a lieu la première rencontre anarchiste mexicaine et le mouvement zapatiste en 1994. les Jornadas magonistas ont lieu en 2004. Le CAMA (collectif autonome magoniste) crée, en 2005, le CSL-RFM Centre Social Libertaire Ricardo Flores Magon. En 2010 a eu lieu un colloque sur le magonisme et au printemps 2011, un congrès anarchiste mexicain. Continuer la lecture

La Révolution Zapatiste (épisode 2)

drapeau EZLNEn 1988, Carlos Salinas de Gortari devient président et accélère la politique libérale et en 1992 et en termine avec la réforme agraire en privatisant les terres collectives préparant l’Accord de Libre Echange de l’Amérique du Nord (ALENA), le même genre d’accord qu’attend l’Europe avec le Marché Transatlantique.

Continuer la lecture

L’APEAH désavoué en appel

Association de Parents d’Enfants et d’Adultes Handicapés APEAH.

dessin 2Le jugement rendu fin mars par la cour d’Appel de Riom confirme le jugement du conseil des prud’hommes de Montluçon, en faveur de Sylvia Garcia.

L’APEAH avait été condamné en octobre 2013 à verser environ 24500 € et cette condamnation était exécutoire. L’association devait régler la somme due dans un délai d’un mois, même si elle a interjeté un appel à cette condamnation.

L’association dénonçait le fait qu’elle n’avait pas de trésorerie mais, à aucun moment, elle n’en a apporté la preuve. D’où ce jugement sans appel, cette fois-ci, qui confirme les sommes dues et qu’elle devra régler rapidement et surement avec un petit bonus.

L’affaire ne s’arrête pas là pour autant, l’appel fait par l’APEAH sur le fond sera, lui, jugé en septembre. Mais là aussi, nous pensons que la bonne surprise sera une nouvelle fois pour Sylvia.

Rappel des faits : Sylvia a dénoncé, il y a bientôt 3 ans, des faits de maltraitance sur une personne handicapée. Plutôt que féliciter Sylvia pour son engagement et blâmer les personnes responsables, la direction et ses collègues se sont retournés contre Sylvia, la mettant dans une situation de mal-être. Certaines de ses collègues sont venues la harceler jusque dans sa rue. La direction de l’APEAH pourra les remercier chaleureusement d’avoir alourdi sa condamnation.

Il en va de même pour certains « syndicalistes » plus empressés de soutenir leur patron que leur collègue. On peut dire, sans rougir, que ces piètres collègues ont le syndicat qu’il leur « faut ».

En attendant, Sylvia peut compter sur ses copains de Solidaires Allier…

Corbeau de l’APAJH – Nous crions : Assez !!!

Le corbeau  de l’APAJH continue son ignominie.

corbeau1Malgré nos courriers à M. Valls, alors simple ministre de l’Intérieur et à Mme Taubira, garde des sceaux, le procureur de Montluçon a préféré classer l’affaire !!!

Surprenant lorsqu’on s’aperçoit que les menaces se font toujours plus virulentes et qu’un seuil a été franchi : le corbeau vient directement poser ses courriers dans la boite aux lettres de notre amie Djemaa Hafsaoui-Maréchal.

De nouvelles plaintes ont été déposées, au commissariat et au tribunal. Les collègues dont les noms sont de consonances françaises, reçoivent, quant à elles, des incitations au racisme et à la barbarie. La maison poulaga n’enregistre qu’une main courante, expliquant que ces personnes ne sont pas des victimes. Pourtant, j’avais cru comprendre que l’incitation à la haine raciale était un crime…. Comme quoi, l’interprétation des lois varie selon les individus.

Solidaires fait appel à Me Borie pour une constitution de partie civile.

Affaire à suivre…