A la Nuit de la Médiathèque de Moulins, B. Dylan et L. Cohen au menu

Étant souvent sur le secteur de Moulins, je fus agréablement surpris de savoir que les frères Besse (Serge et Didier) venaient interpréter quelques superbes chansons des non moins célèbres Bob Dylan ( prix Nobel de littérature controversé, on se demande bien pourquoi) et Léonard Cohen disparu le 7 novembre dernier.

Le concert intimiste commençait par la lecture des textes traduits en français suivi des chansons interprétées par the Besse Brothers.

Même si Didier nous a confié que l’exercice était périlleux car ce ne sont, en général, pas des chansons de leur répertoire traditionnel, qu’ils n’avaient pas eu un temps infini pour répéter, que Serge était bien nu au devant de la scène (habituellement il se cache derrière sa batterie et c’est bien dommage). Même si Didier n’est pas Jeff Buckley, je suis sûr et certain que toutes les personnes présentes étaient très heureuses de l’être, pas seulement pour leur interprétation mais pour ce que symbolisent ces 2 auteurs d’exception que sont Dylan et Cohen.

Merci les amis pour ce partage et merci aux lectrices de nous avoir fait découvrir, pour certains, et redécouvrir pour d’autres, de formidables textes.

1- All along the watchtower (Bob Dylan)

2- Like a rolling stone (Bob Dylan)

3- Blowin in the wind. (Bob Dylan)

4- Suzanne (Léonard Cohen)

5- Everybody knows (Léonard Cohen)

6- Mister tambourine man (Bob Dylan)

7- Hallelujah (Léonard Cohen)

Léonard Cohen a écrit 15 versions de cette chanson, parlant de religion de foi en général ou encore de sexe. Celle-ci est la première enregistrée (enfin il semble) Si vous voulez voir d’autres versions allez voir la version la plus connue de nos jours interprétée par Rufus Wrainwright, les paroles sont néanmoins toujours celles de L. Cohen.

Hallelujah : mot hébraïque signifiant “Louez Jéhovah” (un des nom de Dieu) il est prononcé pour exprimer l’allégresse des fidèles (Halle lu : louez le; Jah : Jehovah)

Et de tes lèvres elle a tiré l’Hallelujah : c’est une métaphore sexuelle qui évoque le soupir des amants.

Cette chanson a été reprise des multitudes de fois et dans plusieurs langues :

États-Unis
Bob Dylan
Paramore (durant le live The Final Riot!)
Kate Voegele
Bon Jovi (dans son single Lost Highway)
Celine Dion and The Canadian Tenors
Jeff Buckley
Popa Chubby
Pentatonix
Lindsey Stirling

Royaume-Uni
Hannah Trigwell
Amy Macdonald en concert pendant sa tournée de 2008
Ed Sheeran en concert au Reeperbahn Festival 2011
France
Thierry Amiel lors de la tournée de son album homonyme en 2007
Louis Delort
Julien Loko
Amaury Vassili sur son premier album Vincero Joy Wild en 2010
Didier Super dans son album La merde des autres
Merwan Rim
M. Pokora, lors de sa tournée A la poursuite du bonheur Tour
Vanessa Paradis en 2011, lors de sa Tournée Acoustique
Damien Saez en mai 2013 (au Mans) lors de sa tournée de son album Miami traitant du sexe et de la religion

Suisse
Bastian Baker

Belgique
K’s Choice
Léopold Mustin

Italie
Elisa

République tchèque
Lucie Bílá, qui chante une version traduite en tchèque
Josef Vojtek (cs) en tchèque

Autres
Loko
Pain of Salvation
Imogen Heap
Kokia
Le quatuor composé de Askil Holm, Espen Lind, Alejandro Fuentes et Kurt Nilsen
K.d. lang (lors de la cérémonie d’ouverture des XXIes Jeux olympiques d’hiver de Vancouver en 2010)
Justin Timberlake
Matt Morris & Charlie Sexton (pour l’album caritatif de secours à Haïti Hope for Haiti Now)
Le groupe Axel Rudi Pell (chanté par Johnny Gioeli, album The Ballads IV)
Tim Minchin (qui la chante souvent en live)
D-Lain & Manu (artistes de Madagascar)
Morente & Lagartica Nick en Omega (Espagne)
Myles Kennedy

8- Knockin’ on heaven’s door (Bob Dylan)

9- The stranger song (Léonard Cohen)

10- Hurricane (Bob Dylan)

Chanson qui retrace la vie de Rubin “Hurricane” Carter promis à une carrière de boxeur international condamné à tort parce qu’il était noir. À voir aussi le film dont l’acteur principal est Denzel Washington

Une chanson m’aura peut-être manqué ce soir, c’est The partisan de Léonard Cohen qui avait, en plus, l’avantage de ne pas avoir besoin d’être traduite car il le fait très bien tout seul.

Superbe soirée. Merci encore

Alain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *