La Belle Rouge (festival 2017)

Encore plus beau et plus investi que le village gaulois d’Astérix, voici devant nous St Amant Roche Savine le village des irréductibles auvergnats de la Compagnie Jolie Môme qui nous enchante depuis plus de 20 ans.

Je ne reproduis pas l’article que j’ai écrit pour regardactu que vous pouvez lire ICI mais un complément sur mon ressenti et celui de ma compagne sur cette édition 2017.

Le Festival en détail :

Vendredi 28

Arrivée 18h30 pour retirer nos forfaits… nous ne connaissons encore rien de notre planning. Nous échangeons quelques euros contre la monnaie locale la Brik….  Valeur du Marché, 1,20€. Un petit tour aux tables de presse pour saluer des copains et copines… à AL, au NPA, un petit coucou à Laurence et Mourad. Des copains de Sud dont un pote de Vienne que je n’avais pas vu depuis bien longtemps. Vers 20h on casse la graine puis direction le grand chapiteau.

20h30 L’exception et la règle de Berthold Brecht par la Compagnie Jolie Môme.

5 personnages sur scène + 2 conteurs. Le marrant était de voir les personnages mimaient leurs répliques dites par les conteurs justement. Personnellement j’ai bien aimé malgré quelques longueurs, ma compagne, un peu moins.

22h30 HK, l’empire de papier. Est-il vraiment nécessaire de présenter HK ? De très belles chansons : citoyen du monde, î’m a refugee, en groupe en ligne en procession de Jean Ferrat et j’en passe….

Samedi 29 :

10h30 Mémoire d’un condamné de Sylvestre Meinzer, l’histoire de Jules Durand. Un véritable devoir de mémoire pour ce syndicaliste condamné à mort par la justice de classe, pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Gracié après 8 ans de prison il mourra quelques années plus tard de folie sans jamais avoir vraiment connu sa fille. Des témoignages forts, une histoire tronquée par la justice. Je ne vous en dis pas plus. La sortie du film est prévue fin octobre. Faites la promotion auprès des salles près de chez vous pour qu’elles le diffusent. À ne louper sous aucun prétexte… même pour ceux qui connaîtraient l’histoire.

Sylvestre Meinzer

Sylvestre Meinzer

Repas puis repos près du Cirk’abloque.

18h00 Les Maitres du monde par la troupe Controverse. Théâtre style grand Guignol. Ma compagne a plus aimé que moi. De bonnes choses mais aussi quelques longueurs. Sûrement dues aussi au fait qu’il faisait une chaleur torride sous le chapiteau et que les gradins sont vraiment durs au bout d’un moment… prévoir des coussins la prochaine fois.

et on tombe sur un pote avec qui on fait un bon bout du festival, salut Fred

et même des personnalités du coin… n’est-ce pas Dédé ?

Nous ne resterons pas pour le petit bal du samedi soir Bringuebal… nous sommes à une heure de route du festival…

Dimanche 30 :

10h30 Amargi de Judith Bernard par ADA théâtre. Judith Bernard, ça me disait quelque chose mais je ne savais plus quoi et au fil de la pièce…cette pièce parle de la fameuse dette et de l’annulation de celle-ci selon le concept de l’amargi, mot sumérien exprimant l’émancipation des esclaves par l’annulation de la dette. Le sujet est intéressant évidemment. Les acteurs sont bons sans aucun doute mais j’avoue que certains passages du textes m’accrochent un tantinet.

Dans le monde utopique de la fin de pièce, on nous parle de ce nouveau monde merveilleux avec un « salaire à vie » aïe, de plusieurs niveaux en fonction des compétences, re-aïe… un peu comme les propositions de Hamon pendant la campagne présidentielle, un peu comme le revenu universel de Bernard Friot (également présent sur le festival pour une conférence avec Judith Bernard justement).

Réformer le salariat pour faire un nouveau système de salariat ne supprime pas la subordination du salarié à celui qui le paie, que ce soit l’Etat ou un patron. Notre utopie à nous serait plutôt l’abolition du salariat. Chacun travaillant selon ses capacités et consommant selon ses besoins. Après, ce pourrait être une étape…à réfléchir… mais pas convaincu.

Puis, tout à coup, le bout de phrase qui m’a rappelait où j’avais lu un truc sur Judith Bernard…. Le tirage au sort…. Le fameux tirage au sort… comme dans l’antiquité quoi…. Je vous fais un dessin ? Non ! Tu parles ! J’ai mieux ICI. En plus, ça tombe bien, c’est moi qui l’avais écrit !

Repas

il est beau ton t-shirt ma chérie !

Dans l’après-midi j’ai parlé avec une personne qui venait d’assister à la conférence de Friot et Bernard… elle m’a dit texto : « il est soûlant ô possible, long et fastidieux. » Je m’étais fait la même réflexion lorsqu’il était venu à Montluçon pour nous parler de son fameux revenu universel.

17h30 A contre-courant de la Compagnie Jolie Môme…. Super !!!

Repas

22h30 El Communero. Scène à ras du sol. Des spectateurs toujours plus prompts à être plus près que les autres. Donc, à partir de 3m de la scène tu ne vois plus le groupe. Et donc, à moins de maîtriser l’espagnol ou de bien connaître les chansons espagnoles ou d’Amérique latine, comme tu ne peux pas voir le groupe, autant l’écouter sur internet ou sur cd. Déçu.

Valérie et moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *